Comment sonne le monde ?

Le site « Cartophonies » a pour objectif d’explorer l’expérience sonore contemporaine et d’aider a les prendre en compte dans l’avenir et dans les projets de transformation. Il contribue à construire une connaissance des milieux habités, du vécu des espaces et des ambiances contemporaines, celles du passé proche comme celles du futur. Il propose ainsi d’écouter des fragments sonores situés et datés, commentés et classés, issus de différentes recherches portant sur la ville et sur l’architecture existantes en explorant la diversité des expériences auditives comme des productions et actions phoniques ordinaires ou particulières.

Depuis 1979, le laboratoire Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain (CRESSON) de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG), collecte et archive un fonds sonore à partir d’enregistrements effectués in situ dans le cadre de ses recherches. Ce sont ces archives qui sont ici mises à disposition et permettent de remonter dans le temps de la ville sonore : les premiers enregistremetns archivés datent des années 1980.

Le terme de « cartophonie » a été créé par analogie à celui de « cartographie » et afin de trouver un équivalent au terme anglais « sound maps ». Nous l’avons employé pour le titre de notre recherche terminée en 2008 : « Cartophonie sensible d’une ville nouvelle – Exploration du patrimoine sonore de l’Isle d’Abeau» CRESSON – ENSAG, Grégoire Chelkoff (Dir.), Jean Luc Bardyn (preneur de sons), Olivia Germon (archivage) et Sylvie Laroche (cartographies).

Par rapport à d’autres « sound maps » présentes alors sur internet, ce site a pour particularité de donner à entendre la matière sonore en présentant les analyses faites dans le cadre de recherches et de catalogues raisonnés associés ou s’inscrivant dans des corpus thématiques particuliers documentés. Les métadonnées associées aux enregistrements intéressent les formes construites (dimensions, matérialités, morphologies particulières), les pratiques sociales émergentes, habituelles ou non, les caractéristiques acoustiques (relevés de niveaux, mesures, spectrogrammes) et les effets sonores ressentis (en références au répertoire publié).

Ce fonds, en partant de Grenoble et de la région Rhône-Alpes, s’est élargi au niveau national et international. Loin d’être exhaustif ni définitif, il s’étend au fur et à mesure des apports. Le navigateur – auditeur- producteur  doit  suivre le protocole proposé dans l’aide de cette application pour soumettre un fragment sonore sur la carte (accompagné des métadonnées explicatives), selon le cahier des charges défini par le site et arbitré par les modérateurs.

Chacun peut ainsi se promener virtuellement au gré de ses envies pour entendre et comparer les lieux, comprendre tel ou tel effet sonore, prendre la mesure auditive de certains espaces et dispositifs construits, évaluer l’impact de pratiques sociales ou d’événements particuliers, ou plus simplement pour se remémorer, ou imaginer une situation à partir de l’entendu, y apporter une contribution auditive, un commentaire.

Partiels et partiaux, ces fragments d’écoute ne valent que par l’intention du preneur de son qui les a retenus comme remarquables dans un contexte donné que ce soit pour explorer et comprendre la ville d’hier et celle de demain. Ils valent aussi par l’attention que chacun peut y porter, sur ce site, mais aussi dans la vie de tous les jours.

Bonne navigation auditive : tapez votre mot clé, votre ville, une date, un objet, un effet, et peut être trouverez vous quelques traces sonores inattendues.

Grégoire Chelkoff (Architecte, Professeur ENSAG, responsable scientifique du projet Cartophonies)

Sylvie Laroche (Architecte, responsable technique du projet Cartophonies)

FrançoiseAcquier (Documentaliste du CRESSON)

Julien Mcoisans, (Technicien CRESSON)